Skip to main content
The Globe and Mail
Support Quality Journalism.
The Globe and Mail
First Access to Latest
Investment News
Collection of curated
e-books and guides
Inform your decisions via
Globe Investor Tools
Just$1.99
per week
for first 24 weeks

Enjoy unlimited digital access
Enjoy Unlimited Digital Access
Get full access to globeandmail.com
Just $1.99 per week for the first 24 weeks
Just $1.99 per week for the first 24 weeks
var select={root:".js-sub-pencil",control:".js-sub-pencil-control",open:"o-sub-pencil--open",closed:"o-sub-pencil--closed"},dom={},allowExpand=!0;function pencilInit(o){var e=arguments.length>1&&void 0!==arguments[1]&&arguments[1];select.root=o,dom.root=document.querySelector(select.root),dom.root&&(dom.control=document.querySelector(select.control),dom.control.addEventListener("click",onToggleClicked),setPanelState(e),window.addEventListener("scroll",onWindowScroll),dom.root.removeAttribute("hidden"))}function isPanelOpen(){return dom.root.classList.contains(select.open)}function setPanelState(o){dom.root.classList[o?"add":"remove"](select.open),dom.root.classList[o?"remove":"add"](select.closed),dom.control.setAttribute("aria-expanded",o)}function onToggleClicked(){var l=!isPanelOpen();setPanelState(l)}function onWindowScroll(){window.requestAnimationFrame(function() {var l=isPanelOpen(),n=0===(document.body.scrollTop||document.documentElement.scrollTop);n||l||!allowExpand?n&&l&&(allowExpand=!0,setPanelState(!1)):(allowExpand=!1,setPanelState(!0))});}pencilInit(".js-sub-pencil",!1); // via darwin-bg var slideIndex = 0; carousel(); function carousel() { var i; var x = document.getElementsByClassName("subs_valueprop"); for (i = 0; i < x.length; i++) { x[i].style.display = "none"; } slideIndex++; if (slideIndex> x.length) { slideIndex = 1; } x[slideIndex - 1].style.display = "block"; setTimeout(carousel, 2500); } //

You had your best-laid plans and then COVID-19 came along and hammered the entire economy. But you’ve got this – if you have the right information. Join Rob Carrick and Roma Luciw on Stress Test, a podcast guiding you through one of the biggest challenges your finances will ever face.

Rob : Votre cote de crédit est au cœur de vos finances personnelles. Elle synthétise en un chiffre toute votre vie d’emprunteur. Mais qu’est-ce qu’une bonne cote de crédit? Et pourquoi ces chiffres sont-ils si présents, tout le temps? Que peut-on faire pour améliorer une mauvaise cote? Ce sont les questions sur lesquelles nous nous penchons dans l'épisode d’aujourd’hui.

Roma : Voici le premier épisode de la deuxième saison de Test de résistance. Dans cette série de baladodiffusions du Globe and Mail, nous nous penchons sur la façon dont la pandémie a transformé les règles des finances personnelles pour les membres de la génération Z et pour les milléniaux.

Rob : Je m’appelle Rob Carrick, je suis chroniqueur financier au Globe and Mail.

Story continues below advertisement

Roma : Et je suis Roma Luciw, rédactrice en chef de la section des finances personnelles du Globe and Mail. Cela fait huit mois que la pandémie a commencé, et nous sommes sûrs d’une chose : ce problème ne sera pas réglé à court terme. Mais qu’est-ce qui a changé à ce nouveau stade de la pandémie? Eh bien, nous travaillons toujours chez nous. Je suis encore vraiment très souvent chez moi. Nous continuons à cuisiner chez nous. Il semble que moins de gens font leur pain à la maison, mais j’ai l’impression que tous les gens que je connais adoptent un chiot. Et de votre côté, Rob, que se passe-t-il à Ottawa?

Rob : Oui, il faut que les auditeurs le sachent, nous ne travaillons pas dans la même ville. Roma est à Toronto. J’habite à Ottawa depuis longtemps. Les gens sont souvent surpris que je ne sois pas à Toronto, mais c’est comme ça. Nous sommes début novembre et à Ottawa, il a neigé hier et les routes étaient couvertes de glace. Nous nous enfonçons dans un long hiver plein d’incertitude quant à la pandémie et à nos finances personnelles. Je crois que cela nous donnera beaucoup de matière à couvrir pour la deuxième saison de Test de résistance.

Roma : En réfléchissant aux épisodes de la nouvelle saison, nous avons regardé quels avaient été vos épisodes préférés la saison dernière. Vous nous avez dit, bien sûr, que vous vous intéressez beaucoup au thème du logement. Ce n’est pas surprenant. L'épisode sur le coût des enfants a eu un grand retentissement chez les auditeurs. Selon moi, c’est surtout parce qu’on y voyait l’un de mes enfants, qui est vraiment très mignon. Nous avons également recueilli de très bonnes réactions aux épisodes sur le retour chez ses parents, sur le placement en période de pandémie et sur la vie au centre-ville, que j’ai moi aussi beaucoup appréciés.

Rob : C’est vrai. Nous aurons deux nouveaux épisodes sur le logement. Dans l’un d’entre eux, nous allons nous pencher sur la comparaison entre la location et la propriété, un sujet toujours controversé. Un autre sujet a émergé durant la pandémie : les gens qui quittent les villes où la vie est chère pour des maisons plus grandes et moins coûteuses dans des banlieues ou des régions encore plus éloignées. Mais pour ce premier épisode, nous nous inspirons des questions que Roma et moi avons reçues durant toutes ces années de couverture des finances personnelles. Nous allons parler de cote de crédit. Les gens s’intéressent beaucoup à ce sujet, mais ils ne le maîtrisent pas vraiment.

Roma : Une chose est devenue évidente pour nous, avec le temps : les Canadiens sont presque obsédés par leur cote de crédit. Celle-ci est devenue le principal outil de mesure des gens pour déterminer comment ils se débrouillent avec leur argent. Or, ils n’en comprennent pas toujours très bien les principes.

Rob : Nous avons reçu de la part de lecteurs et d’auditeurs un tas de questions comme celle-ci :

Question soumise : Si j’annule une carte de crédit, cela affectera-t-il ma cote de crédit?

Story continues below advertisement

Roma : Pour vous trouver des réponses, nous parlerons à une spécialiste du crédit d’Equifax, l’un des deux grands acteurs dans le domaine du traitement des données sur le crédit au Canada. Mais d’abord, voyons comment on peut se retrouver avec une mauvaise cote de crédit. Nous y venons tout de suite après la pause.

Publicité : Cette baladodiffusion vous est présentée par Investissements RPC. Vous pouvez être rassuré, le Régime de pensions du Canada est là pour vous. Nous investissons pour garantir que le RPC demeurera solide, durable et sûr, à long terme, pour des millions de Canadiens. Pour en savoir plus, consultez le site Investissementsrpc.com.

Roma : Pour savoir comment on peut se retrouver avec une mauvaise cote de crédit, j’ai parlé à Keith Emery.

Keith : Je suis le chef de la direction de Credit Canada Debt Solutions.

Roma : Il s’agit d’une agence de conseil en crédit à but non lucratif dont la mission est de donner aux Canadiens les moyens de mener une vie financière saine. Il faut souligner que la grande majorité des Canadiens ont une bonne cote de crédit. Les gens dont Keith nous parle sont une minorité. Ils ont des problèmes financiers, problèmes qui peuvent avoir été aggravés par la pandémie. Bon, commençons! Keith, pouvez-vous nous décrire la situation? Les personnes qui viennent vous voir, comment ont-elles fait pour détériorer leur cote de crédit?

Keith : Il y a différentes manières. Beaucoup d’entre eux font leurs paiements en retard ou reçoivent des appels d’agences de recouvrement. C’est souvent quand ils se retrouvent dans cette situation que les gens s’adressent à leur conseiller en crédit. Dans certains cas, ils ont atteint la limite de leur crédit. Ils se servent parfois du crédit pour combler un manque à gagner dans leur budget. Et quand ils n’ont plus de marge de manœuvre, ils ne peuvent plus continuer à faire leurs paiements et ne savent pas vers qui se tourner.

Story continues below advertisement

Roma : Où les problèmes de crédit commencent-ils?

Keith : En général, il s’agit de cartes de crédit, de marges de crédit, de crédits non garantis. C’est souvent avec les crédits de ce type que les gens commencent à avoir des problèmes. Les taux d’intérêt sont vraiment élevés. Donc, si vous avez un solde important sur un produit de crédit à taux d’intérêt élevé, vous risquez de vous retrouver dans un cercle vicieux dont il sera difficile de sortir. Ce sont aussi les types de crédit qui sont disponibles lorsque vous débutez financièrement.

Roma : Pouvez-vous nous décrire le client type de votre service?

Keith : Je dirais qu'à notre époque, c’est une sorte de personnage composite. Pour commencer, son revenu est instable ou insuffisant. Beaucoup de nos clients ont un emploi occasionnel ou vont d’un petit boulot à l’autre. Leurs revenus fluctuent beaucoup. Ajoutez à cela que le coût de la vie augmente sans cesse, leur budget devient très difficile à gérer. Et l’accès au crédit est très facile. Lorsqu’ils se retrouvent dans une situation dans laquelle leurs revenus sont insuffisants pour leurs dépenses, le crédit fait partie des problèmes. Ils s’en servent pour boucler leur budget. L’histoire se termine presque immanquablement par l’atteinte de leur limite de crédit. Et ils ne savent plus quoi faire après.

Roma : Les gens qui s’adressent à vous, comment se sentent-ils, en général, d’avoir à le faire?

Keith : Il y a plusieurs réponses. Certains ressentent de la culpabilité et de la honte, ce qui ne devrait bien sûr pas être le cas. Ils se sentent coupables. L’argent cause beaucoup de stress. L’argent est lié à notre estime de soi. Chaque conseiller en crédit a une grande boîte de mouchoirs sur son bureau. Les gens se sentent parfois aussi impuissants. Je pense qu’ils ont l’impression que le système est construit de façon à les empêcher de réussir. Ils font de leur mieux, mais quoiqu’ils fassent, ça ne marche pas. Tout est contre eux. Je le comprends tout à fait. Parfois, je pense qu’ils ont raison jusqu'à un certain point. De nos jours, il faut vraiment avoir des compétences hors du commun pour pouvoir s’y retrouver dans le système financier. Il ne fait pas de doute que bien des gens se sentent coupables et angoissés. Ils ne dorment plus. C’est vrai d’une très grande proportion de nos clients. Voilà comment ils se sentent.

Story continues below advertisement

Roma : Si quelqu’un qui est préoccupé par sa cote de crédit, mais ne croit pas devoir faire quoi que ce soit malgré ses graves problèmes financiers, vient vous voir, quel message auriez-vous pour lui?

Keith : Eh bien, parler avec un conseiller en crédit et lui demander conseil n’affectera pas votre cote de crédit. Il ne sert à rien de se cacher la tête dans le sable. En fin de compte, c’est si vous n’avez pas de plan que votre cote de crédit en pâtira. Mon message à tous ceux qui sont en quelque sorte sur les lignes de côté, qui ne savent pas quoi faire : faites le premier pas, allez voir quelqu’un, parlez à un planificateur financier ou à un conseiller en crédit. Ou même, parlez à un membre de votre famille ou à un ami de confiance, et commencez à élaborer votre plan. Lorsque des clients viennent nous voir, ils sont toujours vraiment nerveux. Une fois qu’ils ont pu parler à un ami, qu’ils ont un allié, ils ont un poids de moins, parce que l’un des problèmes que nous constatons vraiment souvent, c’est la paralysie induite par le stress mental de la situation financière. Cela devient un cercle vicieux. Parfois, ils ont juste besoin d’un plan pour se sentir positifs et, par la suite, ils peuvent se servir de cette positivité pour avancer.

Roma : Merci à Keith d’avoir pris le temps de nous parler. Vous savez, ce dernier point a vraiment touché une corde sensible chez moi. J’ai constaté à quel point le niveau d’angoisse et de stress en matière de finances a vraiment explosé durant ces derniers mois. Beaucoup de lecteurs nous disent qu’ils se sentent stressés et incapables de faire des changements, même s’ils vivent de véritables difficultés.

Rob : Je pense que la prochaine partie de cet épisode de Test de résistance va vraiment en tranquilliser plusieurs. Nous allons nous pencher sur des questions que les gens nous ont posées sur les cotes de crédit, et notre experte a des choses très rassurantes à nous dire sur l'établissement et le maintien d’une bonne cote de crédit. Nous lui parlerons tout de suite après la pause.

Publicité : Cette baladodiffusion vous est présentée par Investissements RPC. Chez Investissements RPC, nous ne perdons jamais le long terme de vue. Nous investissons pour assurer la sécurité financière de chaque génération de Canadiens. Nous diversifions nos investissements entre les régions et les catégories d’actifs, de façon à tirer parti des meilleures occasions et à générer des rendements durables à long terme. Le fonds a actuellement un actif de plus de 400 milliards de dollars. Pour en savoir plus sur le rendement de nos placements pour les Canadiens, consultez le site Investissementsrpc.com.

Rob : Julie Kozmic est directrice de la défense des consommateurs chez Equifax Canada. Elle a répondu avec plaisir à toutes les questions que les auditeurs ont envoyées à l'émission. Mais d’abord, je voulais qu’elle nous parle de la base. Pouvez-vous nous dire quelle est l'échelle d'évaluation des cotes de crédit?

Story continues below advertisement

Julie : Oui. La cote de crédit est un nombre à trois chiffres compris entre trois cents et neuf cents.

Rob : Parfait. Voici donc la première question qui a été soumise.

Question soumise : Quelle est la cote de crédit minimale qui permet d’obtenir le meilleur taux d’un prêteur? Et quelle est la cote qui déclenche un signal d’alarme?

Julie : Ce sont de très bonnes questions. Il faut tenir compte de deux ou trois aspects. Tout d’abord, ce ne sont pas les bureaux de crédit qui prennent les décisions concernant les prêts. Comme vous le soulignez, c’est le prêteur qui décide s’il va ou non prêter à quelqu’un. Il fixe donc ses propres critères pour déterminer la cote qui sera suffisante. En revanche, je peux vous citer quelques critères généraux qui sont basés sur l’expérience. Nous avons constaté qu’une cote de 750, 760 ou plus est généralement considérée comme excellente. Il faut souligner que la cote de crédit est en réalité considérée comme une fourchette. Ainsi, une personne qui a une cote de 760 est considérée comme ayant le même niveau de risque ou le même niveau de solvabilité qu’une personne qui a une cote de 860, même s’il y a une différence de 100 points. Donc, pour répondre à la question sur ce qu’est une bonne cote de crédit, je répondrais 750 ou 760, au moins. Passons maintenant à la définition d’une cote qui suscite des inquiétudes. C’est assez subjectif, car un certain nombre de prêteurs ciblent les personnes qui pourraient être dans la situation où elles doivent rétablir leur solvabilité. Ainsi, beaucoup de gens trouveront un prêteur qui acceptera de leur prêter, quelle que soit leur cote de crédit ou presque. La question est de savoir quel genre de taux d’intérêt ils vont exiger pour cela.

Roma : La prochaine question concerne la fluctuation de la cote de crédit.

Question soumise : J’utilise Credit Karma pour surveiller ma cote de crédit chaque mois. Il y a peu de temps, ma cote de crédit a chuté de plus de 50 points, passant de 830 à 773. Rien n’a changé dans mes habitudes de dépenses ou de paiement. Je continue à rembourser intégralement mes soldes de carte de crédit chaque mois et mon rapport de crédit ne signale aucun problème concernant mes comptes. Je m’interroge donc au sujet de ces variations d’un mois à l’autre.

Story continues below advertisement

Julie : C’est une très bonne question. Et on me la pose vraiment très souvent. Je vous rappelle rapidement que la cote de crédit est calculée sur la base des renseignements contenus dans le dossier de crédit de la personne au moment du calcul. La plupart des Canadiens qui utilisent le crédit ont un dossier de crédit auprès des deux principaux bureaux de crédit, Equifax et TransUnion. Vous devriez peut-être donc faire attention à la provenance des données lorsque vous examinez une source particulière. Ici, les données de Credit Karma proviennent de TransUnion. La personne doit donc suivre son dossier de crédit chez TransUnion pour veiller à ce que tout y soit en règle. Bien sûr, nous devrions tous suivre notre dossier de crédit chez Equifax et TransUnion pour nous assurer qu’il ne comporte pas d’erreur. La plupart des prêteurs envoient chaque mois des données sur les comptes aux deux principaux bureaux de crédit. Cela signifie c’est peut-être que votre carte Visa fait l’objet d’un rapport le 16 du mois, alors que dans le cas de votre carte MasterCard, c’est peut-être le 23. Et votre prêt auto, peut-être le 27. Chaque jour, donc, il est possible que votre cote augmente ou diminue un peu selon le rythme de la mise à jour des données dans votre dossier de crédit. En fait, la cote de crédit n’est pas stockée dans le dossier de crédit, elle est calculée, sur demande, au besoin. Les fluctuations à la hausse comme à la baisse sont donc très courantes. Un certain nombre d'éléments peuvent influer sur ces fluctuations. L’un des plus courants est l’utilisation. C’est le solde de la carte de crédit ou de la marge de crédit par rapport à la limite du compte. Une situation est très fréquente : quelqu’un réserve un billet d’avion pour la relâche. Bien sûr, on parle d’avant, de l'époque où nous pouvions encore voyager! Donc, il prend son billet en février. L’utilisation de sa carte de crédit est alors inhabituellement élevée. Il rembourse en mars. Il est possible qu’il y ait une fluctuation à ce moment-là, parce que l’utilisation augmente, mais la situation devrait se normaliser assez rapidement et la cote remontera.

Roma : Donc, le message est en quelque sorte qu’il ne faut pas s’inquiéter de ces fluctuations. Voici une question fréquente que quelqu’un a envoyée.

Question soumise : J’annule une carte de crédit. Cela va-t-il affecter ma cote de crédit?

Julie : C’est une question qui a l’air très simple, mais y répondre l’est moins, ce qui est plutôt courant au sujet des cotes de crédit. En effet, cela dépend vraiment du profil de crédit de la personne en question. Disons, par exemple, que vous et moi faisons exactement la même chose. Par exemple, nous annulons tous les deux une carte de crédit. Peut-être votre cote va-t-elle rester la même pendant que la mienne change. Ou peut-être ma cote baissera-t-elle la prochaine fois qu’elle sera calculée. Il est possible que ce soit différent en fonction de la personne, car les autres renseignements contenus dans le rapport de crédit d’une personne au moment du calcul de la cote influent fortement sur l’incidence d’un événement en particulier.

Rob : Bon, nous allons passer à la question suivante, Julie. Elle porte aussi sur l’utilisation.

Question soumise : J’ai entendu dire qu’une personne ne devrait jamais utiliser plus de 30 %, par exemple, de la limite de sa carte de crédit, sinon sa cote va baisser. Est-ce vrai?

Julie : Trente pour cent, cela me semble vraiment bas. Mais en effet, une faible utilisation est généralement meilleure pour la cote de crédit. Mais là encore, les autres éléments du dossier de crédit jouent un rôle important pour déterminer l’impact d’une utilisation plus élevée. Imaginons que votre profil de crédit est un bateau. Plus votre historique de crédit est long et stable, ce qui signifie que vous payez à temps, que vous utilisez bien le crédit au fil du temps, que vous utilisez le crédit de façon responsable, qu’aucun de vos comptes n’a été envoyé au recouvrement, qu’il n’y a dans votre dossier ni faillite ni autre élément de ce type, plus vous avez un gros bateau. Vos antécédents de crédit sont plus volumineux et plus solides. Prenons maintenant quelqu’un qui a des antécédents de crédit plus récents. Cela peut être quelqu’un de plus jeune, ou une personne qui vient d’arriver au Canada, qui établit son profil de crédit. Son bateau est plus petit. Il y a moins d’antécédents de crédit pour étayer son profil. Tout nouvel événement, par exemple l’achat d’un billet d’avion, fait augmenter l’utilisation. La personne qui se trouve dans le plus grand bateau, dont l’historique de crédit est plus long et plus solide, ne constatera probablement pas vraiment de différence, voire pas de différence du tout, contrairement à celle qui a un historique de crédit plus court ou qui comporte quelques éléments négatifs de plus, et qui a un plus petit bateau. Pour cette dernière, la vague est plus grosse. Elle aura un peu plus d’impact sur sa cote de crédit.

Roma : Nous continuons les questions. En voici une autre.

Question soumise : Quelle est la meilleure chose qu’un jeune dans la vingtaine puisse faire pour se constituer une bonne cote de crédit?

Julie : Le conseil qui s’applique à tout le monde, c’est qu’il ne faut ouvrir que les comptes dont on a réellement besoin. Utilisez votre crédit de manière responsable et payez vos factures à temps. Je sais qu’il y a souvent des questions sur la meilleure façon de redresser une mauvaise cote de crédit, par exemple. Plusieurs cherchent à rebâtir leur crédit et désirent une solution rapide, ou veulent connaître le secret d’une bonne cote de crédit. Je rappelle toujours aux gens l’essence même de la cote de crédit, qui a été créée à l’origine pour établir des conditions égales pour tous ceux qui veulent demander un crédit. C'était une façon cohérente de s’assurer que tout le monde serait traité équitablement. La cote de crédit sert donc à prédire la probabilité qu’une personne paie ses factures à temps. C’est l’information que les gestionnaires des risques des banques ou des prêteurs veulent recueillir, en plus d’autres renseignements comme le revenu et la situation professionnelle. Par conséquent, le secret pour aider à prédire que vous paierez vos factures à temps, c’est de payer vos factures à temps.

Rob : Excellent. Question suivante.

Question soumise : Les cotes de crédit que vous pouvez consulter gratuitement sur certains sites financiers sont-elles les mêmes que celles auxquelles les prêteurs et les propriétaires, entre autres, ont accès?

Julie : Il ne faut pas oublier qu’il y a les deux grands bureaux de crédit au Canada : Equifax et TransUnion. Je ne peux parler qu’au sujet d’Equifax, car c’est là que je travaille. Je peux vous dire que les cotes d’Equifax que les consommateurs peuvent consulter au Canada sur différents sites, que ce soit les sites de banques ou des sites de reconsolidation, ce sont les cotes qui sont utilisées par les prêteurs et les autres entités qui ont légalement le droit de consulter les cotes de crédit au Canada.

Rob : Donc, pour clarifier les choses, si je vois sur un site Web que j’ai une très bonne cote de crédit, le prêteur qui évalue ma demande de prêt hypothécaire et qui utilise Equifax verra la même cote?

Julie : Ce n’est pas tout à fait aussi net. Il existe plusieurs types de cotes. Et il y a deux grands bureaux de crédit. Je fais souvent une analogie avec la vinaigrette. Je sais, un peu tiré par les cheveux. Donc, imaginez que vous allez à l'épicerie, vous voulez acheter de la vinaigrette pour votre salade. Dans le rayon des vinaigrettes, vous allez probablement voir au moins cinq ou six marques différentes, et de nombreux choix. Par exemple, l’une des vinaigrettes contient moins de sel. Mais il s’agit dans tous les cas de vinaigrettes pour votre salade. Si vous regardez les ingrédients, ils sont généralement similaires, mais ils peuvent être classés dans un ordre légèrement différent, par exemple un peu plus d’ail ou un peu moins d’autre chose. C’est un peu la même chose avec les cotes de crédit : il en existe différentes marques, et différentes versions. Et de la même façon qu’une vinaigrette peut contenir un peu plus d’ail, une cote peut accorder un peu plus de poids à un élément particulier du dossier de crédit. Ainsi, par exemple, une cote pourrait donner un peu plus de poids au nombre de cartes de crédit du client par rapport au nombre total de ses crédits. Il n’y a pas de cote qui soit plus exacte qu’une autre. Ce que je veux souligner, c’est qu’un prêteur utilisera la cote que vous voyez, mais peut-être pas le prêteur que vous allez solliciter pour votre prêt ou votre carte de crédit.

Roma : Bon, terminons la période que nous avons avec vous par quelques questions rapides. Nous allons vous citer différents éléments, et vous nous direz si chacun a un impact sur la cote de crédit. Tout d’abord, l’endettement des étudiants auprès du gouvernement est-il pris en considération?

Julie : Certaines dettes d'études auprès des gouvernements sont communiquées aux bureaux de crédit et apparaissent donc sur les rapports de crédit, mais pas nécessairement en totalité. La meilleure chose à faire est d’obtenir une copie de vos rapports de crédit auprès des deux principaux bureaux, Equifax et TransUnion. Vous pouvez le faire gratuitement, autant de fois que vous le voulez dans l’année. Vous verrez si votre prêt gouvernemental y figure ou non.

Rob : Et les prêts d'études ou les crédits auprès des banques?

Julie : Ces prêts sont ceux qui sont le plus fréquemment communiqués aux bureaux de crédit. En théorie, ils devraient donc apparaître dans le dossier de crédit.

Roma : Et les factures de téléphone cellulaire?

Julie : Dans le cas des abonnements postpayés, c’est-à-dire que vous utilisez le téléphone, vous recevez une facture pour le mois et vous payez, il y a habituellement communication aux bureaux de crédit. Je fais la distinction parce qu’avec les abonnements prépayés ou payés au fur et à mesure, ce n’est pas le cas. Ils ne figurent donc pas dans le dossier de crédit.

Rob : Qu’en est-il des factures de services publics comme l’eau, le gaz et l'électricité?

Julie : Elles ne sont pas communiquées aux bureaux de crédit.

Roma : Les cartes de crédit, c’est évident, mais qu’en est-il des loyers?

Julie : En général, l’information sur les loyers n’est pas communiquée aux bureaux de crédit. Mais cela commence à changer. Certains propriétaires commencent à informer les bureaux de crédit. Cette information figure alors dans les dossiers de crédit des particuliers. Cela nous intéresse beaucoup, car nous voulons aider tout le monde à se constituer un solide historique de crédit, que ce soient les locataires ou les propriétaires qui sont membres d’une club de sport. Les données concernant les clubs de sport ne sont pas communiquées aux bureaux de crédit, sauf si le dossier est envoyé à une agence de recouvrement. Ainsi, vous ne verrez pas dans votre dossier de crédit un compte pour votre adhésion à un club de sport. Mais si vous ne payez pas et si votre compte est confié à une agence de recouvrement, il est possible que celle-ci commence à transmettre de l’information. C’est dans ce que l’on appelle la rubrique des dossiers publics de votre dossier de crédit que le compte envoyé au recouvrement sera visible.

Roma : Et les prêts auto?

En général, oui. Les principaux prêteurs, en particulier les banques, signalent les prêts auto aux bureaux de crédit. Mais si vous demandez un prêt auto à un vendeur de voitures d’occasion qui propose des prêts aux clients dont la solvabilité laisse à désirer ou qui ne sont pas solvables, celui-ci ne communiquera peut-être pas d’information aux bureaux de crédit.

Roma : Formidable. Merci, Julie. Merci pour tous ces renseignements vraiment pertinents sur un sujet qui intéresse beaucoup de gens. Mais en fin de compte, les Canadiens y pensent peut-être trop. Le plus important, en ce qui concerne la cote de crédit, c’est qu’il faut être un emprunteur responsable. Maintenant, Rob, soyez honnête. Est-ce que vous consultez votre cote de crédit?

Rob : Vous savez quoi? Je n’ai pas besoin de le faire parce que chaque fois que j’ouvre le site de mon compte de carte de crédit pour consulter l’activité de mon compte, ma cote de crédit me saute aux yeux. C’est probablement trop. Cela nous ramène à ce que vous dites : les gens sont trop obsédés par leur cote de crédit. En effet, peut-être la cote de crédit prend-elle trop de place. Bien sûr, il est toujours bon d'être informé. Mais le sommes-nous trop? Peut-être. Qu’en pensez-vous?

Roma : Je pense qu’on a vraiment beaucoup insisté sur la cote de crédit. Ce n'était vraiment pas le cas quand j’ai eu ma première carte de crédit, il y a des années. Bien sûr, la cote de crédit est importante. Si vous voulez demander un prêt hypothécaire, si vous voulez emprunter, par exemple pour acheter une voiture, vous devez en être conscient. Vous devez planifier à l’avance et vous assurer que votre cote est satisfaisante. Mais je pense qu’il ne faut pas être obsédé, par exemple si elle a augmenté ou diminué de 20 points depuis votre dernière vérification. Si vous n’avez pas fait de changements importants, vous n’avez pas à vous en préoccuper.

Rob : Comme toujours, nous aimons compléter nos épisodes avec les principaux éléments à retenir.

Premièrement, si vous voulez une bonne cote de crédit, payez ce que vous devez à temps, tout le temps.

Deux : Ne vous inquiétez pas des fluctuations de votre cote de crédit, ils ne signifient souvent rien pour les personnes qui vous évaluent pour un prêt ou une hypothèque.

Et troisièmement, il est possible d’améliorer une mauvaise cote de crédit. Il s’agit d'établir un historique de remboursement de vos dettes et de vos factures dans les délais impartis.

Roma : Merci d’avoir écouté cet épisode de Test de résistance. Je m’appelle Roma Luciw. Et je suis Rob carrick. Cette émission est produite et montée par Amanda Cupido, le mixage et le montage sont assurés par TK Matunda. Notre productrice exécutive est Kiran Rana.

Roma : Un grand merci aux personnes qui ont lu nos questions sur les cotes de crédit. La plupart sont des étudiants du cours sur la baladodiffusion de notre productrice Amanda Cupido à l’Université Ryerson : Gracie Brison, Manuela Vega, Minh Truong, Vinney White, Boris Kurtzman et Michael Allen.

Rob : Si vous avez aimé ce que vous avez entendu, n’oubliez pas de vous abonner à l'émission ou de laisser un commentaire sur Apple Podcasts. Merci à tous ceux qui l’ont déjà fait. Nous avons vu que plus d’une centaine d’entre vous ont envoyé des commentaires, tout au long de la première saison. Nous avons lu chacun de ces commentaires et nous vous en sommes reconnaissants.

Roma : Bon, je m’en vais, je dois aller vérifier ma cote de crédit! À bientôt.

Rob : Bonne fin de journée!

Roma : Cette baladodiffusion vous a été présentée par Investissements RPC, investisseur institutionnel qui œuvre dans le secteur de la gestion de placements. Nous nous sommes engagés à contribuer à l'éducation financière des jeunes Canadiens, notamment en diffusant de l’information sur notre rôle pour assurer la pérennité du RPC. Pour en savoir plus, consultez le site investissementsrpc.com.


🎧 Catch up on Stress Test: How to survive the gig economyHow to get out of debtIs now the right time to buy a house?Crisis-proof your financesDoes investing change during a pandemic?Can you afford city life?

Listen and subscribe on iTunes or Spotify

Report an error Editorial code of conduct
Due to technical reasons, we have temporarily removed commenting from our articles. We hope to have this fixed soon. Thank you for your patience. If you are looking to give feedback on our new site, please send it along to feedback@globeandmail.com. If you want to write a letter to the editor, please forward to letters@globeandmail.com.
Comments are closed

We have closed comments on this story for legal reasons or for abuse. For more information on our commenting policies and how our community-based moderation works, please read our Community Guidelines and our Terms and Conditions.

To view this site properly, enable cookies in your browser. Read our privacy policy to learn more.
How to enable cookies