Skip to main content

You had your best-laid plans and then COVID-19 came along and hammered the entire economy. But you’ve got this – if you have the right information. Join Rob Carrick and Roma Luciw on Stress Test, a podcast guiding you through one of the biggest challenges your finances will ever face.

Rob : Buvez beaucoup d’eau. Dormez suffisamment. Utilisez de la soie dentaire. Nous savons que nous devrions tous faire tout cela.

Roma : Mais tout le monde ne le fait pas. Même si cela ne demande pas beaucoup d’efforts. Il en va de même pour les bonnes habitudes financières.

Rob : Bienvenue à Test de résistance, une baladodiffusion sur les finances personnelles pour les milléniaux et les membres de la génération Z. Je m’appelle Rob Carrick, je suis chroniqueur financier au Globe and Mail.

Roma : Et je suis Roma Luciw, rédactrice en chef de la rubrique des finances personnelles du Globe and Mail. Nous avons presque terminé cette saison. Pour conclure, nous avons voulu vous laisser une liste de contrôle. Il s’agit de votre programme de soins personnels en matière de finances personnelles pour l’année 2024.

Rob : C’est un peu l’équivalent financier de la soie dentaire. Il y a des mesures élémentaires que nous pouvons prendre pour nous préparer à réduire le stress lié à l’argent. Roma, cet épisode sera un peu différent de nos épisodes habituels. Voyons comment nous avons préparé celui-ci.

Roma : Nous avons dressé une liste de questions sur les finances personnelles, une sorte de retour à la base. Nous avons ensuite interrogé un groupe de personnes qui sont dans la vingtaine ou la trentaine sur ce qu’elles pensent d’eux et sur leurs réponses à ces questions.

Rob : À la fin de chacune, nous vous proposerons quelques pistes pour vous aider à bien préparer votre nouvelle année en finances personnelles. On peut prendre cela comme une résolution du Nouvel An en finances personnelles.

Roma : Nous savons qu’il n’est pas facile de s’occuper de son argent. Nous savons qu’il y a un million d’autres choses qui se passent dans votre vie. Nous savons que certains d’entre vous se sentent peut-être déprimés. C’est pourquoi nous avons voulu vous présenter cinq choses très simples que vous pouvez faire pour faciliter et améliorer les choses.

Rob : Tout d’abord, nous demandons à nos invités : « Savez-vous combien d’argent vous dépensez pour les repas au restaurant et les plats à emporter? » C’est ce que nous allons voir après la pause.

Roma : Nous savons tous qu’il coûte plus cher de manger au restaurant ou de se faire livrer des plats à emporter que de cuisiner soi-même. Nous avons donc interrogé nos auditeurs. Combien d’argent avez-vous dépensé en restaurant en 2023?

Invité 1 : Au cours de l’année écoulée? Hou là. Je peux vous dire une chose : c’est sans doute trop.

Invitée 2 : C’est très simple. J’aurais probablement une idée de ce que j’ai dépensé. C’est probablement, je dirais, entre 12 000 et 15 000 dollars.

Invitée 2 : Oui. Je pense que je pourrais revoir mes reçus. Des milliers de dollars, certainement.

Invité 1 : Je sais que c’est probablement ma plus grosse dépense, j’habite au centre-ville de Toronto et j’adore aller au restaurant. J’adore essayer de nouveaux restaurants en ville. C’est donc surtout en restaurant que je dépense, en dehors du loyer et des charges. C’est probablement là que passe mon budget.

Invitée 3 : Je ne sais pas vraiment, en fait. J’ai une feuille de calcul Excel que je consulte environ tous les deux mois. Et je ne suis pas sévère avec moi-même, je la regarde pour le plaisir.

Invitée 4 : Combien d’argent ai-je dépensé en repas au restaurant et en plats à emporter? Honnêtement, je ne sais pas. Bien plus que je ne le devrais. Je crois que je ne le sais pas parce que c’est mon mari qui suit ces dépenses. Je préfère ne pas le savoir, car nous devrions faire attention, mais nous ne suivons pas de très près les repas pris à l’extérieur.

Invité 5 : Et je ne veux pas savoir combien de temps j’ai passé au téléphone portable, et combien j’ai dépensé en nourriture, en repas au restaurant, en plats à emporter et en livraisons.

Invitée 6 : Par le passé, je ne prévoyais pas mon budget pour les sorties au restaurant et les plats à emporter. Je le faisais si j’en avais envie. Et ce n’était pas essentiellement dans mon revenu disponible, vous comprenez. Mais maintenant, j’établis un budget pour ça, car je sais à quel point les sorties au restaurant coûtent cher, et même un seul dîner par mois peut s’avérer très coûteux. C’est pourquoi je fais évidemment un budget pour cela. Bon.

Invité 7 : Je n’ai aucune idée de la somme que j’ai consacrée à tout cela l’an dernier. Vraiment. Pour être honnête, je ne fais pas vraiment de budget pour les repas au restaurant ou les commandes à emporter.

Invité 8 : Je pense que ma relation avec le fait de réfléchir aux dépenses au restaurant se résume en gros : « J’ai les moyens de le faire. » Et j’essaie aussi d’éviter de le faire, dans la mesure du possible.

Invité 9 : Ma philosophie concernant les plats à emporter, Uber Eats ou autres, c’est qu’à un moment de la pandémie, j’ai commencé à avoir l’impression que j’avais vraiment le droit de me faire plaisir. Mais aujourd’hui, je pense que c’est réservé à ceux qui sont épuisés, qui ont la gueule de bois, qui sont blessés ou qui ont eu une très grosse journée. Comme si l’idée de faire autre chose que de commander de la nourriture vous était pénible. Comme si ce n’était que dans de tels cas que c’était autorisé. J’aimerais pouvoir vivre ma vie sans avoir à trop réfléchir et à rester dans les limites de mes moyens.

Roma : Il est facile de se lâcher dans ses dépenses quand on commande des plats deux ou trois fois par semaine et que l’on se prend un café tous les jours. Enfin, chacun sait combien il a mis de côté pour le loyer, le remboursement du prêt hypothécaire ou l’argent mis de côté pour les vacances. Mais il n’est pas aussi facile de suivre des éléments comme la nourriture, parce que ce sont de petites dépenses qui se font petit à petit, tout le temps.

Rob : Nous n’allons pas vous dire de cesser de manger au restaurant, car c’est l’un des plaisirs de la vie. Nous vous conseillons vivement de suivre de plus près le montant de vos dépenses et de vous assurer qu’elles restent dans les limites de vos moyens.

Roma : Voici votre première résolution : commencez à suivre vos dépenses en restaurant. Lorsque vous verrez le total, vous déciderez peut-être de réduire vos dépenses, ou à tout le moins d’être plus stratégique quant à l’endroit où vous mangez et où vous commandez. Aujourd’hui, vous pouvez trouver des plats délicieux et excitants dans des endroits qui proposent à des prix raisonnables.

Rob : Question suivante. Vous êtes jeune et vous allez probablement vivre très longtemps. Mais que se passerait-il si vous ou votre partenaire décédez? Nous voulons le savoir. Avez-vous un testament?

Invitée 3 : Je n’ai pas de testament, car je n’y ai jamais pensé. Je suppose que si je possédais quelque chose de valeur, j’en ferais un. Pour l’instant, j’ai plutôt des dettes.  Je me suis penché sur la question et ma dette mourra avec moi. Dès que j’aurai quelque chose à léguer, je suppose que je ferai un testament.

Invitée 7 : Je n’ai pas encore d’enfants, donc je ne pensais pas que c’était nécessaire. Je dois dire que maintenant que j’ai 30 ans, j’ai commencé à penser à m’acheter quelque chose, mais c’est peut-être quelque chose que je ferai dans ma trentième année.

Invitée 3 : Je n’ai pas de testament, et je dois en faire un parce que j’ai un enfant maintenant. Nous parlons de le faire depuis des lustres, et nous ne l’avons pas encore fait, même si je sais que nous devons le faire.

Invitée 7 : Je n’ai jamais envisagé de faire un testament.

Invitée 1 : En ce qui concerne le testament, je ne pense pas avoir les moyens de rencontrer quelqu’un, mais cela pourrait changer l’année prochaine lorsque j’emménagerai dans mon appartement. Mais pour l’instant, c’est non.

Invitée 3 : J’ai toujours pensé que c’était une chose qu’il fallait faire, mais un peu comme plus tard dans la vie.

Invitée 2 : Oh, mon Dieu. Je n’y ai jamais pensé. Maintenant, je suis nerveuse. Est-ce normal?

Invitée 6 : Je n’ai pas de testament. J’y ai réfléchi parce que je me suis dit qu’en tant que jeune adulte ayant plus d’actifs et un régime de retraite, des choses pour lesquelles je paie et les choses que je possède actuellement. Je devrais certainement en avoir un. Mais je n’y ai pas pensé parce que je n’avais pas besoin d’y penser.

Roma : Rob, ce qui me frappe, c’est que personne ici n’a de testament, et tout le monde a dit : Est-ce que j’en ai besoin si je n’ai pas d’enfants? Quelle est la réponse à cette question? Un testament n’est-il nécessaire que lorsque l’on a un enfant?

Rob : Si vous avez un partenaire qui compte en partie sur votre revenu pour l’ensemble du ménage, et si vous avez beaucoup d’actifs comme un gros CELI, oui. Il vous faut un testament. Vous devez expliquer comment vous souhaitez que vos biens soient répartis après votre décès. C’est à cela que sert le testament.

Roma : Il me semble que si vous avez des désirs ou des idées spécifiques, et il ne s’agit pas forcément des enfants, puisque cela peut être, comme vous l’avez dit, une maison, de l’argent ou votre animal de compagnie. Vous devez prendre des dispositions pour savoir où ira tout ce à quoi on tient. Nous le comprenons. Personne ne veut penser à la mort, mais, en réalité, je pense qu’il vaut mieux considérer cela comme une étape de planification. C’est un moyen d’alléger le stress.

Rob : Résolution 2 : faites un testament si vous avez des personnes à charge ou des biens que vous souhaitez laisser à votre décès. Vous pouvez le faire en ligne pour quelques centaines de dollars. N’oubliez pas d’inclure une liste actualisée des mots de passe afin que vos proches puissent accéder à vos actifs numériques.

Roma : La troisième question porte sur le compte d’épargne logement. Le gouvernement fédéral a lancé ces comptes en avril. Ils permettent aux acheteurs d’un premier logement d’épargner jusqu’à 40 000 dollars en franchise d’impôt pour l’achat d’un logement. Nous avons donc posé la question suivante : « Disposez-vous d’un compte d’épargne logement?

Invitée 3 : Je n’ai pas de compte d’épargne pour l’achat d’une première maison parce que, je pense, de façon réaliste, que je suis encore loin de pouvoir me payer une maison. J’envisage de louer pour les cinq ou six prochaines années. Et encore une fois, je suis dans le rouge, et tout ce qui va avec. Il s’agit de réaménager ses dettes, et je n’ai pas encore eu le temps de le faire.

Invité 7 : Oui, j’en ai un. J’ai un premier compte d’épargne logement chez Wealthsimple.

Invité 8 : Je n’ai pas de compte d’épargne pour l’achat d’une première maison. Je me suis renseigné sur ces comptes, mais je ne suis pas encore passé à l’action.

Invitée 6 : Je sais qu’il existe un compte d’épargne pour l’achat d’une première maison, mais ce que j’ai, c’est un compte d’épargne libre d’impôt. À vrai dire, je ne vois pas la différence. Vraiment pas. Je suis allé à la banque et j’ai choisi le compte d’épargne qui me convenait le mieux à ce moment. Et c’est honnêtement celui que la banque m’avait proposé parce qu’elle savait que je n’étais pas sur le marché pour acheter ma propre maison, du moins par moi-même. Je ne saurais donc pas quoi répondre si l’on me demandait quelle est la différence entre les deux.

Roma : Alors, c’est un produit relativement nouveau. Si vous n’en avez jamais entendu parler ou si vous ne savez pas à quoi sert ce produit, ne vous inquiétez pas. Rob, pouvez-vous nous expliquer comment ce produit fonctionne?

Rob : Le compte d’épargne logement est vraiment un choix évident pour les jeunes adultes qui souhaitent un jour devenir propriétaires d’une maison. Vous pouvez y mettre 8 000 $ par an jusqu’à un maximum de 40 000 $. Vous bénéficiez d’une déduction fiscale pour l’argent que vous versez, comme dans le cas d’un REER. L’argent que contient le CELIAPP fructifie en franchise d’impôt et vous pouvez le retirer aussi en franchise d’impôt. Et si vous n’achetez jamais de maison, l’argent est simplement versé dans votre REER. Il s’agit d’un petit instrument d’épargne très intéressant. Cela ne vous permettra pas de recueillir toute la mise de fonds nécessaire, mais c’est un bon début. Et n’oubliez pas que deux partenaires qui achètent une maison ensemble peuvent utiliser chacun leur propre CELIAPP.

Roma : Troisième résolution maintenant, si vous envisagez d’acheter une maison, même si ce n’est pas pour tout de suite, vous devez avoir un CELIAPP. Cet instrument ne présente aucun inconvénient. Après la pause, nous parlerons du montant que vous dépensez avec votre carte de crédit.

Rob : D’un simple clic, vous acceptez de payer quelques euros par mois pour stocker vos photos dans le nuage. Un clic de plus et vous vous abonnez à un troisième service de diffusion en continu. Mais avez-vous pensé à l’annuler après avoir regardé l’émission que vous vouliez absolument voir? Nous avons demandé à nos invités : à quelle fréquence lisez-vous votre relevé de carte de crédit ligne par ligne?

Invitée 6 : À vrai dire, je ne consulte pas vraiment mes relevés de carte de crédit. Je connais mon solde, c’est tout ce qui m’intéresse. Mais si je remarque que quelque chose ne colle pas, je le vérifie. Mais en général, je ne le fais pas.

Invité 7 : Cela doit faire un moment, car je ne pense pas avoir jamais vraiment consulté mon relevé de carte de crédit ligne par ligne. Peut-être juste de brèves vérifications sur, par exemple, des transactions récentes.

Invitée 6 : J’ouvrais mon relevé de carte de crédit probablement une fois par semaine. Vous savez, il existe une application, et je l’utilise.

Invité 1 : Je pense que je scrute mon relevé de carte de crédit lorsque j’ai l’impression que mon solde est élevé. Si je regarde le solde au moment où il est établi, il me semble moins élevé. J’ai l’impression que je ne passe pas trop de temps à y penser, mais lorsque le solde est élevé, j’ai besoin de comprendre ce que j’ai fait.

Invitée 4 : J’ouvre mon relevé de carte de crédit tous les deux jours environ, ce qui est sans doute plus que beaucoup d’autres gens. Je suis un peu compulsif pour ça. Bon. J’ai également quelque chose avec le crédit. Je veux juste rembourser ma carte de crédit. Je regarde donc plusieurs fois par semaine.

Invité 1 : J’ai l’habitude de regarder le relevé de ma carte de crédit à la fin de chaque mois. C’est tout. En général, je regarde chaque mois le relevé de carte de crédit que je reçois.

Invitée 4 : Je dirais que j’ouvre et je lis mon relevé de carte de crédit, au maximum une fois tous les trois mois. Parfois, j’entends parler d’escroqueries et je me demande si je n’en suis pas moi-même victime. Ainsi, si je vois que le montant est supérieur à ce que je peux raisonnablement calculer dans ma tête, je regarde et je me dis : oh oui, je sais que j’ai dépensé cet argent, mais cela m’arrange de penser que quelqu’un a volé mon identité. J’ai bien dépensé cet argent.

Rob : Roma, nous avons demandé à nos invités à quelle fréquence ils lisent leur relevé de carte de crédit ligne par ligne?

Roma : Mon mari et moi avons une carte de crédit que nous partageons pour obtenir des points, et nous scrutons donc nos relevés tous les mois. C’est en partie parce que nous ne savons pas exactement d’où viennent certaines des dépenses. Nous ne savons pas ce que l’autre a dépensé. As-tu acheté ceci? Combien cela a-t-il coûté? Qu’est-ce que c’est? C’est donc pour nous un moment naturel pour faire le point. Cela nous aide aussi à comprendre combien nous dépensons chaque mois. Et toi? Combien de fois regardez-vous?

Rob : Je suis peut-être un peu trop vigilant, mais je regarde plusieurs fois par semaine. J’aime savoir où nous dépensons et d’où vient l’argent. Et est-ce que nous nous éloignons aussi de notre épargne par rapport à nos dépenses, et un contrôle constant m’aide à maintenir l’équilibre? De temps en temps, il y a une dépense dont je ne sais pas ce que c’est. Alors je demande à ma femme, elle le sait parfois. Et si elle ne le fait pas, je ne pense pas avoir jamais eu de débit frauduleux sur ma carte de crédit, alors que j’en ai eu sur ma carte de débit. Je l’ai réalisé en lisant attentivement. Je pense donc qu’on a raison de le faire pour garder une trace de vos dépenses et repérer les fraudes.

Roma : Vous savez, nous sortons à peine des achats de Noël. Et ça tombe bien, car j’ai une autre raison de vérifier régulièrement mon relevé de carte de crédit : m’assurer que le remboursement des articles que je retourne figure bien sur mon relevé. Et ce n’est pas négligeable.

Rob : Quatrième résolution : lisez votre facture de carte de crédit ligne par ligne. Faites-le chaque mois. Et si vous voulez commencer l’année avec un gain rapide pour votre compte bancaire, résiliez au moins un abonnement que vous n’utilisez pas souvent.

Roma : À propos de crédit, nous en sommes à la dernière question. Connaissez-vous votre cote de crédit?

Invitée 2 : Non, je ne connais pas ma cote de crédit. Je n’ai jamais vraiment eu de raison de regarder. Personne ne m’a jamais demandé ma cote de crédit. En fait, je ne sais même pas comment elle est définie ou ce qu’elle signifie. Mais je paie toujours tout à temps.

Invité 5 : Non, je ne connais pas ma cote de crédit. J’ai obtenu une évaluation de crédit quand j’ai acheté mon appartement il y a trois ans. Mais j’ai oublié le chiffre. En fin de compte, je me sens à l’aise de ne pas le connaître.

Invitée 6 : Non, je ne connais pas ma cote de crédit. C’est une chose que j’ai surveillée activement, en particulier lorsque je cherchais à acheter un appartement. Ils m’ont demandé ma cote de crédit et, une fois que j’ai terminé mes études universitaires, j’ai gardé un œil dessus.

Invitée 3 : Non, je n’ai aucune idée de ce qu’est ma cote de crédit. J’ai regardé cela; la Banque Scotia a mis en place une fonction qui vous permet de la connaître assez facilement, il y a environ deux ans. Je crois que la dernière fois que je l’ai regardée, elle était au milieu.

Invité 1 : Je sais qu’il existe deux grandes sociétés d’évaluation du crédit, Equifax et une autre. Il y en a une autre, le nom ne me revient pas. En général, je ne vérifie ma cote de crédit que lorsque j’en ressens le besoin, par exemple lorsque je demande un prêt hypothécaire ou que j’essaie de me qualifier pour un prêt, où la cote de crédit est obligatoire. Ce n’est pas une chose qui me stresse vraiment.

Invité 7 : Ma cote de crédit est actuellement de 785, si je ne me trompe pas. Je l’ai découverte en utilisant l’outil de suivi de la cote de crédit de RBC qui est en ligne en ce moment; je ne suis pas vraiment au courant, mais je me doute qu’elle n’est sans doute pas aussi bonne qu’avant.

Invitée 4 : Non, je ne connais pas ma cote de crédit. Je sais qu’elle est bonne. Je ne me souviens pas de la dernière fois qu’elle a été vérifiée, mais cela ne m’inquiète pas. Je ne l’ai pas vérifiée récemment.

Rob : La cote de crédit est plus importante que jamais, car tout le monde la regarde. Votre employeur potentiel pourrait y jeter un coup d’œil. Certaines de vos compagnies d’assurance pourraient la consulter. Votre propriétaire pourrait la vérifier. Votre prêteur hypothécaire pourrait y jeter un coup d’œil. Votre concessionnaire automobile pourrait l’examiner. C’est devenu un élément essentiel de votre identité dans le monde des finances personnelles.

Roma : On nous demande tout le temps comment jouer, comment vous assurer que votre cote de crédit est bonne, comment avoir la meilleure cote possible? Il est en fait assez facile d’avoir une bonne cote de crédit. Payez ce que vous devez à temps. C’est tout. C’est tout ce que vous avez à faire. Mais la raison pour laquelle vous devez la vérifier est que vous devez déterminer s’il n’a pas d’erreur. De telles erreurs sont possibles. Évidemment. Cela vaut donc la peine de vérifier. Rob, où trouver sa cote de crédit?

Rob : C’est très facile maintenant. De nombreuses banques mettent à la disposition de leurs clients un lien sur leur site web qu’il suffit de cliquer pour consulter sa cote de crédit. Et parfois, vous pouvez même obtenir plus de renseignements, ou des renseignements plus larges qui figurent dans votre dossier de crédit. Les deux agences d’évaluation du crédit, TransUnion et Equifax, les rendent également disponibles. Autrefois, c’était très difficile, car il fallait demander un document par la poste pour connaître sa cote de crédit. Maintenant, je pense que vous pouvez l’obtenir en cinq minutes si vous vous y mettez vraiment.

Roma : Votre résolution : connaître votre cote de crédit. Le pire moment pour découvrir que vous avez un mauvais crédit est lorsqu’un prêteur le vérifie pour vous. Pour conserver une cote de crédit saine, payez ce que vous devez à temps chaque mois.

Rob : Personne n’a des habitudes absolument parfaites en matière de finances personnelles. Donc, si vous vous sentez mal après avoir écouté cet épisode, ne vous en faites pas.

Roma : Ce que nous avons voulu faire, dans cet épisode, c’est vous donner les moyens de prendre des mesures simples et précises pour vous donner davantage de confiance pour la gestion de votre argent.

Rob : Alors, si vous prenez des résolutions pour la nouvelle année, ou même si vous n’en prenez pas, voici une liste de contrôle pour améliorer l’hygiène de vos finances personnelles en 2024. Un : Soyez stratégique dans vos dépenses d’alimentation et de restaurant. Deux : Faites un testament. Trois : si vous souhaitez acheter votre premier logement, même si ce ne sera que dans plusieurs années, ouvrez un compte d’épargne logement. Quatre : Lisez vos relevés de carte de crédit ligne par ligne chaque mois. Cinq : Connaissez votre cote de crédit.

Roma : Merci d’avoir écouté la huitième saison de Test de résistance. Notre émission a été produite par Kyle Fulton.

Kyle : Bon. Je sais exactement combien j’ai dépensé en repas à emporter en 2023. Je suis un peu trop gêné pour le dire, mais les résultats m’ont fait réfléchir.

Roma : Anna Stafford.

Anna : Je n’ai pas de compte d’épargne pour l’achat d’une première maison. Je sais que je devrais probablement en avoir un, mais je pense que c’est juste une question personnelle d’administration que je remets à plus tard.

Roma : Et Emily Jackson.

Emily : Bon, je n’ai pas de testament. Et c’est vraiment gênant parce que, l’an dernier, j’ai eu mon deuxième enfant et j’ai acheté une maison. Alors, oui, c’est une résolution que je prends pour la nouvelle année.

Roma : Notre productrice exécutive est Alisha Sawney.

Alisha : Je n’ai pas vérifié mon relevé de carte de crédit pendant environ trois mois au cours de l’été, et on m’a facturé des frais d’adhésion vraiment étranges à une salle de sport en Floride. Je ne sais absolument pas ce que c’est. Et la facture était de mille dollars. Et maintenant, je dois dire que j’ai vraiment appris quelque chose. Et vous pouvez être sûr que je consulte le relevé de ma carte de crédit, ligne par ligne, chaque mois.

Roma : Merci à tous nos invités d’avoir répondu à nos questions rapides.

Rob : Vous trouverez Test de résistance en anglais (Stress Test) partout où vous écoutez des balados. Si vous avez aimé cet épisode, donnez-nous cinq étoiles et faites-le connaître à vos amis. N’oubliez pas de suivre notre balado, pour savoir quand nous reviendrons pour la prochaine saison.

Roma : En attendant, retrouvez-nous sur le site du Globe and Mail. Bonne année et merci de nous avoir écoutés.

Follow related authors and topics

Authors and topics you follow will be added to your personal news feed in Following.

Interact with The Globe